-

Audiocumentaire

votre avatar

Envoyer un message

captcha
Recopiez le texte ci-contre
rafraichir le texte

Documentaires d'écoute qui tentent de prendre le pouls d'un groupe, d'une cité, sinon d'une société, dans l'écho de leurs mots, le fracas de leurs cris, les creux de leurs ambiances, et le drapé de leurs silences. lire plus lire moins

2
4
0
0

Trier par date

Trier par nombre d'écoutes

pause

Muezzins, mouettes et mur du son 05:09

Afficher Paysage sonore

Istanbul est généreuse en sons : des muezzins matinaux aux marchands ambulants, en passant par ses mouettes rieuses, sa partition marie des bruits qu'une oreille française entend rarement, sinon jamais. Mais cette ville très vocale a ceci d'étrange que certains voix y sont au mieux couvertes, au pire bannies ; parmi elles, la voix de la révolte. De septembre 2015 à juin 2016, j'ai essayé d'entendre et de saisir les cris que les mailles d'un tissu sonore pourtant cousu au fil de fer laissaient parfois passer. Cette moisson de sons fut pauvre en prises mais en riches en bruits, bruits divers et variés qui, détournés et remodelés par une oreille joueuse, pouvaient porter ces cris contenus. Voici l'histoire de ce parcours et des étapes qui l'ont marquée. lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Partir Engagements Son Politique Adolescence Médias Orient Europe Poésie Justice
pause

Droit de cité 40:36

Afficher Documentaire

Deux Mermoz dans cette histoire : le premier est de chair ; le second de béton : l'aviateur d'un côté, de l'autre le quartier. Si le premier donne son nom au second, la cité célèbre en retour le souvenir du pilote. Par quel biais ? Le bruit de ses voies aériennes. En effet, des carlingues font peser sur cette cité-dortoir une véritable chape de son qui trouble son sommeil et brouille sa vie sociale. Ces insomnies forcées se prolongent la journée et prennent la forme d'une accablante torpeur. En cause, un urbanisme qui retire aux habitants tout lieu de sociabilité, soit des espaces de paroles, et qui, par cette voie-là, fait de la voix une SDF. Quotidien cadenassé, vie sociale verrouillée : le silence raconte cette histoire qui prend la forme d'un paradoxe : quand des avions passent, on n'entend rien ; quand des avions ne passent pas, on n'entend rien. Constat amer mais, heureusement, non constant : la Maison de Quartier autogérée sait délivrer ces voix bâillonnées, selon des forces et dans des formes insoupçonnées. lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Politique Poésie Engagements Logement Écologie Son Migrations Éducation Santé Langage

Ajuster le cadrage pour l'avatar

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Ajuster le cadrage pour le partage facebook

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Envoyer