-

Atlantic

votre avatar

Né en 1959 à Paris. 1989: Débuts au micro sur Tropic fm 92,1 avec José et Zélie. 1991 et 1992: Animateur sur Radio Paris 106.7 (Des images et des notes, émission consacrée à l'univers musical du cinéma et de la série télé) chronique ciné au journal de 19h. 1992 à 1994: animateur sur Radio Enghien IDF 98 (flashman de minuit à six heures du matin, édition du samedi 19h, Micro de nuit: animation de libre-antenne avec les auditeurs, 1994: Emission spéciale 50 ans du Débarquement de Normandie. Emission spéciale Centenaire du Cinéma: Une semaine en direct de New York) 1994 à 1996: animateur sur Radio Terre One (ex-Terrouanne 77) (co-animation avec Pascal Esman de Radio-Passion, infos régionales et culturelles) Depuis 2012 Atlantic

Envoyer un message

captcha
Recopiez le texte ci-contre
rafraichir le texte
votre photo

ATLANTIC vous parle de radio. Hébergé par Arte sous ma seule responsabilité. Son but : partager des documents sonores liés à la radio française, pour l'essentiel situés dans une période de temps allant des années vingts à l'an 2ooo. Les enregistrements sont souvent -mais pas uniquement- issus de ma collection personnelle sous forme de cassettes audio ou de bandes magnétiques numérisées. En dehors de mes propres interventions, tout document diffusé sur Atlantic demeure la propriété intellectuelle de son auteur ou de ses ayant droits. Commentaires et critiques appréciés. lire plus lire moins

25:28:01
1501
0

Trier par date

Trier par nombre d'écoutes

pause

La mémoire de la radio 18:06

Afficher Documentaire

Après l'éclatement de l'ORTF naquirent 7 sociétés distinctes parmi lesquelles s'en est trouvée une dont le rôle tient en ces quelques mots: collecte, sauvegarde et restauration de documents audiovisuels correspondant à environ 70 ans de programmes radio et 60 ans de télévision. Ainsi se définit l'Institut National de l'Audiovisuel ou INA gardien du temple de l'Histoire du monde vue à travers le prisme de l'image et du son. Mais quid d'avant ? Une somme d'efforts isolés, pas toujours tournés vers un but défini, mais grâce auxquels des trésors subsistent. 1907 Fermeture des urnes. Cf l'article paru dans l'Illustration n°3383 du 28 décembre 1907 à propos des urnes de l'Opéra 2008 Réouverture des urnes. Ci-dessous, lien vers l'article sur le site de la Bibliothèque Nationale de France. http://expositions.bnf.fr/voix/arret/01.htm lire plus lire moins


pause

Alain BEDOUET raccroche... 09:46

Afficher Documentaire

Quand Alain Bédouet raccroche il y a de la friture sur sa ligne... France Inter, 28.06.2012 C'est normal, après 43 ans de carrière sur l'antenne de France Inter et 28 années à répondre aux auditeurs/intervenants concernant les sujets les plus variés, Alain a gagné le droit d'échanger le fil du micro contre du fil de pêche et la ligne du téléphone contre la pêche à la ligne ! Les petits et gros poissons qui intervenaient à son micro pour défendre leur point de vue ou nous expliquer pourquoi (par exemple) l'économie française était au point mort comme un voilier sur une mer d'huile -restons dans la métaphore marine- continueront de le faire. Alain Bédouet, lui, les écoutera (peut-être) mais de l'autre côté du transistor -comme on disait au bon temps des premières années du téléphone sonne, quelque part à la fin des années soixante-dix. Il les écoutera (peut-être) dans sa voiture ou chez lui, dans sa cuisine, en train de préparer soigneusement le produit de sa pêche avec (enfin) le temps de la déguster ! Une bien belle carrière au service du public, comme il sied à un grand professionnel du Service Public. Merci Monsieur Bédouet et bonne retraite. ...et si le coeur vous en dit de rempiler comme on dit, nous, auditeurs, seront nombreux à vous accueillir oreilles grandes ouvertes. Document sonore du jour : extrait du dernier "Téléphone sonne" présenté par Alain Bédouet et hommage de la rédaction au futur retraité... lire plus lire moins


pause

Ciné et TV dans le poste ! 00:34

Afficher Documentaire

Aux Usa aussi la radio aime bien raconter des histoires. Là-bas au surplus on adapte pour la radio non seulement des pièces de théâtre mais aussi des films et même des séries télévisées. Des stars hollywoodiennes prêtent leur concours en venant elles-même rejouer devant les micros les rôles qu'elles ont interprétés à l'écran. Et ce n'est pas d'hier. Par exemple le film "New York-Miami" sorti en septembre 1934 et qui valut un Oscar à ses deux vedettes Clark Gable et Claudette Colbert, valeurs sûres de l'écran s'il en fût, fit 5 ans plus tard l'objet d'une ré-écriture pour la radio, ceci constituant la meilleure des publicités, la radio étant en 39 l'équivalent de la télévision aujourd'hui auprès du public. Du reste les stars n'avaient pas le choix, les studios dictaient leur loi sur Hollywood. Plus près de nous l'excellente série "La Quatrième Dimension" a été adaptée sous forme de série-radio dont chaque épisode d'une durée d'environ 40 minutes, colle de près au scénario d'origine. Là encore, il est fait appel à des comédiens confirmés, bien sûr pas ceux d'origine, puisque la série d'origine a été créée voici plus d'un demi-siècle par le génial Rod Serling. Ici, c'est Stacy Keach (connu en France pour le rôle du privé Mike Hammer) qui, de sa belle voix grave, récite la mythique introduction et apparaît du reste dans quatre épisodes. Stacy Keach © TheTwilightZone radio dramas Le document: l'intro de La Quatrième Dimension pour la radio. lire plus lire moins


pause

Eté 76: nouvelle émission, nouvel indicatif. Marche ou rêve, version intégrale. 05:25

Afficher Documentaire

De retour de chez l'Oncle Sam au début du mois de juin 76, Claude VILLERS rapporte des "33 tours" comme on disait à l'époque. Et l'un de ces albums n'est autre que "Wilderness" de CW McCall. Une des pistes, "Telluride breakdown", ici en version intégrale, servira d'indicatif à l'émission MARCHE OU REVE, que Claude VILLERS présentait chaque soir de la semaine entre 20h10 et 22h sur France Inter. lire plus lire moins


pause

...et le Président Claude VILLERS ! 00:51

Afficher Documentaire

Chanté au début et à la fin de chaque "audience", l'indicatif du fameux Tribunal "dont-on-parle-dans-l'journal" l'émission de Claude VILLERS qui devint le rendez-vous incontournable de la tranche de fin de matinée de France Inter. Tout était réglé pour que, après l'inévitable condamnation du prévenu, les dernières mesures de l'hymne coïncident avec les premiers bruits de couteau et fourchette de l'auditeur affamé. Sur une partition du brigadier Rabol "qui accompagne les accusés non au violon mais au piano", et des paroles signées Claude Villers et Monique Desbarbats... Mesdames, Messieurs... la Cour ! Le Président lire plus lire moins


pause

Police ! Tout le monde au poste ! 1:17:41

Afficher Documentaire

La radio est la meilleure amie du conteur, mais aussi du théâtre, car elle offre juste ce qu'il faut d'informations en termes de voix, de bruitages, de description parfois. Notre imaginaire fait le reste. Radio et théâtre ? Une alliance naturelle. D'ailleurs on cogne à la porte, c'est la police ! Tout l'monde au poste ! ...ça va commencer. Dans les années 70, les dramatiques du samedi soir, c'était l'affaire de France Inter. Les Tréteaux de la nuit, présentés par Patrice Galbeau et Jean-Jacques Wiern entre 22h15 et 23h, s'inscrivaient dans le cadre du programme de Claude Dufresne "Et si nous passions la soirée ensemble ?" Et, en marge de cette émission, une passionnante interview de Pierre Billard, le Maître des mystères de la radio, réalisée en 2006 et offert à l'écoute sur le site internet de l'INA. ( http://www.ina.fr/ ) lire plus lire moins


pause

Retour sur INTER MIDI WEEK END 2ème partie 1:13:23

Afficher Documentaire

Le 5 novembre 1978, le magazine Inter midi week-end, proposé et présenté par Didier Lecatet pour la circonstance en compagnie de Jacqueline Baudrier, alors présidente de Radio France, avait déplacé son plateau dans les quatre dimensions, trois dimensions de l'espace physique pour se rendre au premier étage de la Tour Eiffel et la quatrième en remontant le temps sur 80 ans afin de célébrer la première transmission radio entre la Tour Eiffel et le Panthéon, distants de quatre kilomètres environ l'un de l'autre, le 5 novembre 1898. De nombreuses personnalités répondirent à l'invitation pour témoigner au micro de France Inter et c'est ce document que vous allez découvrir, scindé en deux parties d'un peu plus d'une heure chacune, en raison d'impératifs techniques. Bonne écoute, Hervé HIST rédacteur et administrateur En marge de cette émission il m'a paru intéressant d"évoquer la belle exposition sur la radio "Ouvrez grand vos oreilles" au CNAM (1) du 28 février 2012 au 02 septembre 2012. Le site : http://www.arts-et-metiers.net/musee.php?P=89&id=44&lang=fra&flash=f (1) Conservatoire national des arts et métiers lire plus lire moins


pause

Retour sur INTER MIDI WEEK END 1ère partie 1:07:40

Afficher Documentaire

PREMIERE PARTIE Le 5 novembre 1978, le magazine Inter midi week-end, proposé et présenté par Didier Lecat et pour la circonstance en compagnie de Jacqueline Baudrier, alors présidente de Radio France, avait déplacé son plateau dans les quatre dimensions, trois dimensions de l'espace physique pour se rendre au premier étage de la Tour Eiffel et la quatrième en remontant le temps sur 80 ans afin de célébrer la première transmission radio entre la Tour Eiffel et le Panthéon, distants de quatre kilomètres environ l'un de l'autre, le 5 novembre 1898. De nombreuses personnalités répondirent à l'invitation pour témoigner au micro de France Inter et c'est ce document que vous allez découvrir, scindé en deux parties (A et B) d'un peu plus d'une heure chacune, en raison d'impératifs techniques. lire plus lire moins


pause

Les indicatifs d'inter dans les années 70 1:04:43

Afficher Documentaire

Cette toute première émission se propose de vous présenter ATLANTIC d'une manière générale et le sujet du jour: les indicatifs des émissions de la saison 1975-1976 de France Inter. La diffusion originale a eu lieu les 2, 3 et 4 avril 1976 et la cassette C-60 Sonocolor utilisée est à l'instant même devant mes yeux. La calligraphie est signée Jacques Hist, mon père, qui y a inscrit au feutre indélébile et à ma demande, ces deux mots "Inter, Indicatifs". Je m'entends encore lui dire "Tu sais Papa, je préfère que tu écrives, en plus je la garderai longtemps". Bonne écoute, lire plus lire moins


Ajuster le cadrage pour l'avatar

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Ajuster le cadrage pour le partage facebook

Envoyer