-

Refugees and migrants info

votre avatar

Envoyer un message

captcha
Recopiez le texte ci-contre
rafraichir le texte

Radio citoyenne d'information à l'adresse des migrants et réfugiés extra-communautaires, cet audioblog vise à donner des informations de bases aux primo-arrivants sur le sol français. News Radio destined to non-EU countries migrants and refugees, this audioblog aims to give basic informations to newly arrived on the French territory. lire plus lire moins

32
1027
2
149

Trier par date

Trier par nombre d'écoutes

pause

Testimony of an Afghan in CRA - Eng 04:45

Afficher Entretien

During the night between Saturday to Sunday (november 15th), at least two Afghan refugees were arrested for no apparent reason and taken to a detention center. One of them, a student of 26 years , testifies by telephone. In just the past two months on French territory, it?s the third time that this futur accountant is sent in a detention center. After fleeing the war, his government, the Talibans, Daesh terrorist organization, he does not understand that France response is prison and humiliation. He is wound up and evokes the idea of killing himself. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Médias Justice Presse Radio Orient Son Europe Migrations Logement France
pause

« On ne nous enlèvera pas, le droit de manifester ! » -Fr- 11:57

Afficher Documentaire

-Version française- 6 min (pas 11 '57 !) Hier, pas moins de 58 personnes ayant bravé l'interdiction de manifester ont été dénoncées, par la Préfecture, au Procureur de la République . « Solidarité ! Avec les réfugiés ! » ; « On ne nous enlèvera pas, le droit de manifester ! ». Ils étaient plusieurs centaines : citoyens, politiques, syndicalistes ou encore associatifs, de 7 à 77 ans, à braver le décret d'interdiction de manifester. Des militants du NPA, du Dal, d'Attac, de Solidaires, des collectifs de sans papier, de réfugiés et d'autres citoyens militants venus réclamer l'ouverture des frontières. Mais pour la Préfecture, la sécurité nationale est en jeu : " Les manifestations sur la voie publique sont susceptibles de constituer une cible potentielle ". Les 58 personnes sont accusées d'avoir "détourné les forces de police de leur mission prioritaire de sécurisation générale". Elles s'exposent à 7.500 euros d'amende et une peine pouvant aller jusqu'à six mois d'emprisonnement. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Médias Presse Justice Radio Logement France Son Migrations Politique Identités Europe

Ajuster le cadrage pour l'avatar

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Ajuster le cadrage pour le partage facebook

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Envoyer