-

Arpenteur

votre avatar

Envoyer un message

captcha
Recopiez le texte ci-contre
rafraichir le texte

Les sons de mon projet "Arpenter l'Ouest, dire un territoire en profonde mutation." Les articles en lien avec les sons, et d'autres encore, se trouvent sur www.arpenterlouest.ch. lire plus lire moins

17
526
0
4

Trier par date

Trier par nombre d'écoutes

pause

On va chez Calvett' 15:12

Afficher Entretien

Renens, à l'ouest de Lausanne. Un territoire industriel en pleine mutation. Patrick Calvetti, patron du bistrot Le Terminus nous raconte ce lieu et à travers ses propos c'est toute une époque qui resurgit. Le 30 novembre prochain, Patrick et sa femme Myriam ouvriront le bistrot pour la dernière fois, car après ce seront les trax. A la place de ce bâtiment, il y a aura le terminus du tram venant de Lausanne. Dans une région qui densifie son bâti, il faut augmenter les performances des transports publics. Un terminus en chasse un autre. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Migrations
pause

Chants du soir 05:14

Afficher Paysage sonore

Imperturbable, un merle chante dans un peuplier. Devant lui, une artère où défilent des pendulaires qui rentrent du travail, derrière lui, des voies de chemin de fer et des cheminots à la manoeuvre. En amont de l'artère il y a des feux, le trafic passe par vague. La demie de cinq heures sonne au clocher de l'hôtel de ville, le soleil n'est plus qu'un souvenir. Prise de son, 19 décembre 2014. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Animaux Chant Son
pause

Gens qui parlent, murs qui parlent 10:56

Afficher Entretien

Fin de balade, entre chien et loup. J'aborde un quartier dont six petites maisons vont bientôt être détruites pour faire place à plusieurs immeubles, plus de quatre-vingts logements. Mon attention est attirée par une femme dont la posture semble être celle du recueillement. Je m'approche et guette l'instant propice pour engager la conversation. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Logement Histoire
pause

Tuiles qui glissent 01:50

Afficher Bruits

Une tuile vaut 65 centimes. C'est donc pour leur valeur marchande que ces tuiles sont soigneusement rangées sur des palettes plutôt que jetées pêle-mêle dans une benne. Leur valeur historique n'a rien à voir avec leur sort, pourtant elles ont été cuites en 1914. Aujourd'hui, une maison qu'on démolit ne produit plus ce bruit caractéristique des tuiles en terre cuite qui s'entrechoquent et se brisent. On les entend à peine glisser les unes contre les autres. Imaginez la scène: un ouvrier juché sur un toit, une à une il démonte les tuiles et les fait glisser jusqu'au pied de la maison sur une sorte de gouttière métallique flexible. Au pied de la maison, la gouttière aboutit dans une brouette remplie de sable pour amortir la chute. Sur la brouette, un ouvrier assis à califourchon réceptionne les tuiles et les passe à son voisin qui les range soigneusement sur une palette. De temps en temps une tuile abîmée est jetée de côté, sur un petit tas. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Poésie Travail
pause

C'était l'été 01:08

Afficher Poésie

Ce 20 juillet, il y a des ouvrières dans la vigne vierge de mon jardin. Ce 3 septembre, lorsque je lui achète du miel, l'apiculteur qui a ses ruches dans un coin de forêt à un kilomètre à vol d'oiseau de chez moi me dit: - Mes abeilles butinent dans un rayon de 5 kilomètres, ce miel est donc un peu à vous. Et il m'en offre un pot supplémentaire. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Poésie Son Animaux
pause

Notre tour de Babel à nous 01:44

Afficher Entretien

A Florissant, on a réussi à créer notre tour de Babel à nous. C'était dans les années soixante, dans un quartier de Renens, banlieue ouest de Lausanne. L'avenue de Florissant, d'un côté des usines, de l'autres huit barres à taille humaine pour les travailleurs: les ouvriers, les cadres, le boulanger, le dentiste du quartier, et tous les autres. Cinquante ans plus tard, je tends mon micro à Nena, dans le tea-room du quartier. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Migrations Identités
pause

Charpentes qui gémissent 04:36

Afficher Bruits

Les tuiles récupérées, les toits sont nus et les bulldozers peuvent attaquer. D'abord on entend sonner sept heures au loin, puis un premier bruit lancinant rompt le calme du matin, ce sont les ouvriers qui font le plein des machines. Un instant de silence et un moteur vrombit, la destruction commence, ponctuée par des commentaires des passants. Le bois qu'on entend gémir a connu le XIXème siècle, les briques qu'on entend se briser ont été cuites dans une briqueterie qui était à un jet de pierre, quant aux pierres de taille qui forment la base des maisons, elles proviennent sans doute des carrières de Meillerie. Elles sont venues par bateaux, de ceux qu'on trouve dans les musées. Ces maisons n'iront pas au musée. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Logement
pause

L'arbre à papote 09:03

Afficher Documentaire

Lorsque des jardins potagers familiaux sont menacés par un projet de nouveaux immeubles au chemin du Bois, habitants du quartier et usagers des lieux se mobilisent et créent une association. Contes et pique-niques animent le quartier. Reflet d'un après-midi de septembre 2014. A l'instar de l'ogresse du conte, politiciens et urbanistes usent-ils du miel, du shampoing et du parfum? L'avenir le dira. Et pourvu qu'on ne passe pas du shampoing aux poings. Ou que les avions qu'on entend passer ne donnent pas d'autres idées aux autorités. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Enfance Poésie Migrations Logement
pause

Mémoire de cheminot, 1930-1971 17:06

Afficher Entretien

Entretien avec M. Haeberli, doyen de Renens, ville à l'ouest de Lausanne née autour d'une grande gare de triage à la fin du XIXème siècle. Entré aux Chemins de Fers Fédéraux (CFF) en 1930 à Monthey, en Valais, il prend sa retraite en 1971 à Renens où il a travaillé dès 1940. Né en 1911, M. Haeberli reste indépendant dans son appartement des CFF, fait ses courses, cuisine et sillonne la Suisse en train avec son abonnement libre-parcours. Ce cheminot donne envie de vieillir! Prise de son: novembre 2014. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Vieillesse Travail Histoire
pause

Odeur café 23:43

Afficher Entretien

Odeur café, que j'aime ton odeur café! (à chanter sur un air connu) Depuis les années quarante, un commerce de la rue de la Mèbre à Renens, à l'ouest de Lausanne, exhale un parfum enivrant, celui du café rôti. Reflets d'un après-midi d'octobre. Amateurs de bonnes choses, écoutez la philosophie de celui qui a été formé par son grand-père et régalez-vous de ces grains qui tournent, rôtissent et crépitent avant d'être refroidis et moulus. Si ce long résumé sonore d'un bel après-midi vous ennuie déjà, courez boire un café dans un gobelet en carton, il y a un Mc Do dans la rue de derrière. lire plus lire moins


Télécharger

Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Métier Poésie Son

Ajuster le cadrage pour l'avatar

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Ajuster le cadrage pour le partage facebook

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Envoyer