-

letransblog

votre avatar

J'écris un roman familial qui commence en Sicile et finit à Lausanne. Pour ce faire, j'ai bénéficié d'une bourse de la Fondation Edouard et Maurice Sandoz. Elle m'a permis de me consacrer au projet pendant une année à temps plein. Je suis parti. J'ai vécu plusieurs mois dans un petit village, dans la province de Messine. Photographies, enregistrements, écriture. C'est comme un butin, mais ça n'a pas de prix.

Envoyer un message

captcha
Recopiez le texte ci-contre
rafraichir le texte

J'ai vécu dans un village sicilien de février à juin 2007. J'ai enregistré des entretiens avec des membres de ma famille et des villageois. Depuis mon retour, je promène mon micro de-ci de-là. J'écoute en vue d'un roman. ------ Ce site est le pendant audio de www.letransblog.net ------ Ho vissuto in un paese siciliano tra febbraio e giugno 2007. Ho intervistato membri della mia famiglia e abitanti del paese. Lo scopo è scrivere un romanzo. lire plus lire moins

30
79
0
0

Trier par date

Trier par nombre d'écoutes

pause

Cinque minuti, cinque anni 03:40

Afficher Entretien

Quando è partita, la zia Peppina sapeva che sarebbe ritornata prima che le figlie andassero a scuola. Carmelina aveva due anni e mezzo, Maria un anno e mezzo. Ci sono piccole differenze tra la Germania e la Sicilia, piccoli dettagli come il pane o il rispetto delle leggi. Oggi tutti i figli sono contenti di vivere in Sicilia. Version originale, sans traduction, de: http://audioblog.arteradio.com/post/7820/cinq_minutes__cinq_ans/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Histoire Partir Famille Identités Migrations
pause

Barbaro 04:43

Afficher Fiction

Extrait n°3. On est le 1er novembre 1960. C'est la Fête des Morts. Carmelo a quinze ans. Il installe des ampoules dans le cimetière de Rocca Rossa. Pour illuminer les tombes. Il y a un homme. Il veut sept ampoules. Texte lu par: Sandro Santoro http://www.sandrosantoro.com/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Partir Adolescence Identités Migrations Famille Littérature
pause

Rattrapage 04:01

Afficher Fiction

Extrait n°5. On est le 1er novembre 1990. Il est tard. Alessandro, le fils de Carmelo, a quinze ans. Il fait ses devoirs. Il est seul à la maison. Texte lu par: Sandro Santoro http://www.sandrosantoro.com/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Migrations Adolescence Famille Littérature Identités
pause

Il Treno rosso (3) 05:48

Afficher Documentaire

Retour sur les films de la séance passée. Quelle était l'attitude des entreprises, des gouvernements et des syndicats vis-à-vis des travailleurs italiens? Un mot sur le déchirement: un pied ici, un pied là-bas. Les films de ce soir: Peter Ammann, Il Treno rosso; Villi Hermann, San Gottardo. http://www.imagofilm.ch/sgottardo/index.php?lang=fra&page=sinossi Un mot sur les morts du Saint-Gothard. Le premier film commence en musique. Io cerco l'uomo nuovo e sono stanco Può mica darmi un pò di vino bianco? Io cerco l'uomo nuovo e non so più che fare Chissà se è meglio andare o se restare? lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Partir Europe Famille Migrations Musique Cinéma Chanson Identités Histoire
pause

Vendre du vent 02:12

Afficher Entretien

Nonno Antonino a fêté 90 ans il y a quelques jours. À seize ans, il avait un cheval et une charrette. Il louait ses services pour le transport de denrées, de matériaux ou de personnes. Un jour, il achète un nouveau cheval, et puis il le revend. Il était magnifique. Mais il ne fallait pas trop lui en demander. Ce dernier détail, à la foire, il a omis de le mentionner. Il nonno mi racconta la vendita di un cavallo. Era molto bello, ma molto pigro. Versione originale, senza traduzione: http://audioblog.arteradio.com/post/7407/vendere_vento/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Famille Histoire
pause

Vendredi Saint 03:42

Afficher Paysage sonore

Un vendredi saint, dans une petite ville. Processione, canti, campane, un Venerdì Santo, in una piccola città siciliana. En images: http://www.letransblog.net/2007/04/venerd-santo.html lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Religions Identités
pause

Cinq minutes, cinq ans 03:39

Afficher Entretien

La zia Peppina ne regrette ni son départ, ni son retour. Quand elle est partie, ses filles avaient un et deux ans. Elle savait qu'elle rentrerait quand elles auraient atteint l'âge d'aller à l'école. Elle pointe deux ou trois petites différences entre l'Allemagne et la Sicile, des «détails» comme le pain ou le respect des lois. Aujourd'hui, ses enfants lui savent gré de sa décision. Version originale, sans traduction: http://audioblog.arteradio.com/post/7819/cinque_minuti__cinque_anni/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Histoire Identités Partir Famille Migrations
pause

Filastrocca 01:17

Afficher Documentaire

Una volta, chi era interessato ad una ragazza andava sotto casa di lei e la vedeva quando si affacciava alla finestra. A questo proposito, Teresa si ricorda una filastrocca. Comptine en dialecte, à propos d'un malentendu amoureux. lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Poésie Migrations Identités Histoire
pause

La chienne du fasciste 03:33

Afficher Entretien

Du temps des Balilla, des Avant-gardistes et des Jeunes Fascistes, Giovanni faisait sa gymnastique sous les ordres de Don Stefanazzo, «aux épaules larges comme le portail d'une église». Un jour, il s'est pris deux coups de pied dans le derrière. Il a répondu par un lancer de «pierres mortes». Don Stefanazzo l'a dénoncé. Toute sa famille était menacée. Heureusement, sa mère connaissait quelqu'un qui connaissait quelqu'un qui les a sortis d'affaire. Mais Giovanni avait encore mal aux fesses. Don Stefanazzo avait une petite chienne qui s'appelait Bellina... Sans traduction: http://audioblog.arteradio.com/post/7991/bellina/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Histoire Identités Famille Migrations
pause

La tomba del gatto 03:20

Afficher Entretien

Fra poco, Carmelo festeggierà 90 anni. Ha lavorato a Losanna per sei anni. Quello che guadagnava là in un mese, dice, in Sicilia non lo guadagnava neanche in un anno. Siccome non capiva la lingua, avvolte non sapeva cosa doveva fare e s'inventava un lavoro mentre passava il responsabile. A Losanna, c'era la neve. Il gatto, lo rispettavano come un figlio. Il cane, non ne parliamo... Version originale, sans traduction, de: http://audioblog.arteradio.com/post/8349/la_tombe_du_chat/ lire plus lire moins


Partager




SELECTIONNER UNE COULEUR


Selectionner la couleur de la police

Migrations Identités Partir Histoire Famille Argent

Ajuster le cadrage pour l'avatar

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Ajuster le cadrage pour le partage facebook

Envoyer

Ajuster le cadrage de votre image

Envoyer